Les fictions sonores du Festival

Pour la quatrième année consécutive, j’ai produit des podcasts audio pour annoncer le festival de l’Imaginaire du Pays d’Aix. Durant les deux mois avant la date du festival, le 15 octobre, deux séries seront diffusées alternativement sur les pages Facebook de la médiathèque et de la mairie de Saint-Cannat1, ainsi que sur leurs comptes Instagram, sur la chaîne YouTube du festival et en diffusion sur les plateformes habituelles (Spotify, Deezer, Apple Podcast, etc.)

Nous avons décidé de décliner deux formats. L’un reste de la fiction courte, comme les années précédentes. L’autre consiste en pastilles informatives, destinées à informer sur les noms des invités et la nature des événements qui se dérouleront durant le festival.

Thierry Jullien, le médiathécaire et co-organisateur du festival étant un grand créatif, nous l’avons pleinement intégré au processus d’écriture. Ainsi, il a été le co-auteur à parts égales des fictions, avec Georges Foveau et moi-même. Il a également pris en charge avec moi l’écriture des brèves d’information sur le déroulé du festival.

Dans ce billet, je reviens sur la réalisation des fictions sonores. Un prochain billet parlera des brèves informatives.

Les Fictions Sonores

Nous avons rapidement décidé que les fictions seraient au nombre de six. Georges et moi avons –à contrecœur– abandonné l’idée d’un feuilleton comme nous l’avions fait les années précédentes (Cf La Machine à Non-Différence en 2020, et Amères Chimères en 2021).

Néanmoins, à mesure des cogitations de chacun, il s’est rapidement dégagé un fil rouge ; la légende de la canne provençale qui protège la ville de Saint-Cannat.

N’étant pas natif de la région et découvrant cette légende, je me voyais un peu en peine de rédiger deux récits sur des bases historiques un peu crédibles. J’ai donc décidé d’élargir mon horizon, et j’ai proposé deux extrêmes ; un récit prenant place durant la préhistoire, et l’autre dans un futur indéterminé.

Le choix final des épisodes et de leur ordre de diffusion a été de soi ; tout en alternant les auteurs respectifs, ils vont suivre l’ordre chronologique de leur récit :

  • Rhizome, écrit par moi-même, se déroule dans la préhistoire
  • Maudit Templier, écrit par Georges Foveau, se déroule dans les années 20
  • Parasite, écrit par Thierry Jullien, se déroule en 1989
  • Sève Noire, écrit par Georges Foveau, prend place très immédiatement après Parasite
  • Les Enfants du Blé, écrit par Thierry Jullien, se déroule également en 1989, puis se termine en 2019
  • Résurgence, écrit par moi-même, se déroule dans le futur, sans date précise

Une fois le sujet de chaque texte établi, chacun les a écrits de son côté. Georges Foveau officiant également en tant que directeur littéraire2, s’est chargé des relectures et corrections.

De base, je reste le narrateur unique sur tous les textes, mais il nous est apparu qu’on pouvait confier des répliques de certains personnages à des voix. Outre Georges Foveau qui est déjà rompu à l’exercice, Thierry Jullien a également accepté de se prêter au jeu. Il a également convaincu deux de ses collaboratrices, Anne-Cécile Boyer et Gaëlle Girardot, de bien vouloir faire don de leur voix le temps d’un ou deux épisodes.

L’enregistrement s’est déroulé le 26 juillet, dans l’une des salles de lecture de la médiathèque de Saint-Cannat. J’ai pensé qu’une pièce aux murs de pierre granuleuse quasiment masqués par des rayonnages de livres ferait une salle audiophonique satisfaisante. Et, bizarrement, les quelques essais que j’ai pu faire en amont de l’enregistrement m’avaient convaincu que j’avais raison. Malheureusement, lors des journées passées à enregistrer l’intégralité des fictions et des brèves informatives, j’ai découvert que le lieu n’était pas vraiment idéal. J’avais tout de même une légère réverbération. Je passe également les bruits de moteur de la rue en contrebas, et le fait qu’une réunion a eu lieu dans une salle de la mairie jouxtant celle où j’étais, qui m’a obligé à mettre ma narration en pause durant de longues minutes.

Une fois tout en boite, j’ai alterné les montages entre les fictions et les pastilles infos. Le montage s’est fait sur l’excellent Reaper, aidé de manière incontournable par la bibliothèque Soundly. La routine de montage, rodée notamment grâce aux quatre saisons des Archives de l’Insondable et des trois de la Société des Vieilles Têtes à Longs Chapeaux, suit à peu près toujours le même protocole :

  1. Pose des différentes voix sur leurs pistes respectives
  2. Conformation des pistes (passage en mono, isolation des fréquences de fond, normalisation des niveaux)
  3. Nettoyage des dialogues (enlever les ratés, bruits parasites, pauses longues, etc.)
  4. Mise en rythme des dialogues
  5. Calage des bruitages ponctuels (pas, portes, effets spéciaux, etc.)
  6. Calage des ambiances sonores
  7. Calage des musiques d’illustrations
  8. Calage de l’intro et de l’outro

Finalement, une fois le premier épisode monté, j’ai templatisé la structure pour m’en resservir pour les cinq suivants, me faisant gagner un temps certain.

Le montage terminé de l’épisode « _Maudit Templier_ »

J’avais prévu de déléguer l’étape suivante à un élève de mon école que j’avais décidé de prendre en stage. Puisque les fictions –au même titre que les pastilles infos– avaient pour destination les Facebook et Instagram de Saint-Cannat, il était obligatoire d’en livrer, en plus des versions purement sonores, des versions vidéo. Sachant que le planning était tout de même serré, j’avais proposé à un étudiant de se charger, avec ma collaboration et ma supervision, de la partie habillage en motion design de chaque clip.

Malheureusement, à cause d’ennuis de santé, il n’a pas pu participer à cette production, et il était trop tard pour que je trouve quelqu’un d’autre. Je m’en suis donc intégralement chargé.

À regret, je n’ai pas pu livrer exactement ce qu’on avait suggéré lors d’une réunion de préproduction. Devant travailler seul avec un planning encore plus resserré3, j’ai dû revoir à la baisse les ambitions de mise en images que nous avions alors proposées.

Finalement, je suis globalement satisfait du résultat, malgré quelques approximations et éléments perfectibles, m’étant même permis de réaliser une animation entièrement en 3D sous Blender4 pour illustrer le conte « Sève Noire ».

À l’heure où j’écris ce billet, seule la première fiction est en ligne, « Rhizome ». Les suivants seront disponibles à l’écoute et à l’œil chaque mercredi à 16 heures sur les différents canaux que j’énumère ci-dessous.

La page Facebook du festival
L’Instagram du festival
La chaîne YouTube du festival
La page Podcastics du festival

Il est également possible, en cherchant « Geek Family & Autres Mondes » dans votre application de podcast favorite, de s’y abonner.

Bonne écoute, bon visionnage, et au plaisir de vous croiser le 15 octobre prochain à Saint-Cannat, où je serai toute la journée !


  1. La mairie de Lambesc ayant abandonné le festival, il a trouvé refuge à Saint-Cannat, fusionnant avec Geek Family. 

  2. Pour ne pas dire showrunner… 

  3. Mon stagiaire devait travailler sur la conception visuelle et l’animation en même temps que je montais les versions audio. 

  4. Pas loin de 26 heures de calcul pour le rendu final…